Des images viennent enrichir ou perturber l’histoire et l’expérience de chacun.

Cette accumulation forme un patrimoine de standards, de normes, de repères que tous,

attachés à une culture et parfois à un statut social, partageons, façonnons, co-produisons pour communiquer et nous (faire) comprendre.

 

Mais que se passe-t-il lorsque nous admettons comme certitude et vérité absolue ces modèles,

ces stéréotypes ?

 

Quelle que soit la nature de nos préjugés,

ne sont-ils pas le fruit de nos propres représentations de l’inconnu, du danger ou de la confiance en soi ?

Et si nous essayions d’appréhender l’Autre dans sa différence,

sans chercher à l’imiter ou à le soumettre à notre propre vision.

L’originalité ne fait-elle pas l’individu ?

 

Redécouvrons notre identité, réapproprions-nous notre apparence et brisons ces codes normatifs qui ne font qu’entretenir l’exclusion et la frustration.